Au début de la Seconde Guerre mondiale, Hubbard fut nommé lieutenant (enseigne de vaisseau) de la marine américaine, puis il servit en tant que capitaine de corvette. Il fut en opération aussi bien dans l’Atlantique que dans le Pacifique et se distingua tout particulièrement aux yeux de ceux qui servaient sous ses ordres. Pourtant, il n’était pas homme à prendre plaisir à la guerre et, après avoir vu suffisamment de tueries pour une vie entière - et observé les effets de ces bains de sang sur la santé d’esprit des hommes - il se promit de redoubler ses efforts pour créer un monde plus sain. Avec ce sens de la compassion qui lui était propre, il fit tout ce qu’il put pour protéger son équipage, ce qui incita l’un de ses hommes à écrire : 

    « J’ ai le sentiment d’avoir envers vous une énorme dette de gratitude. D’abord, pour vous avoir connu. Ensuite, parce que vous représentez pour moi tous les attributs de l’officier de marine « idéal ». J’ai pu voir par moi-même que vous étiez un officier et un gentleman bien avant que le Congrès ne le décrète officiellement. »

    En 1945, Hubbard fut hospitalisé à l’hôpital naval de Oak Knoll à Oakland en Californie; presque aveugle, ses nerfs optiques ayant été endommagés, il boitait profondément, à la suite de blessures au dos et à la hanche. Parmi les cinq mille patients de la marine et du corps de Marines soignés à Oak Knoll se trouvaient des centaines d’anciens prisonniers américains libérés des camps japonais, dans les îles du Pacifique Sud. Beaucoup d’entre eux étaient dans un état lamentable, ayant souffert de malnutrition et autres sévices, et ils étaient incapables d’assimiler des protéines.


© 1996-2004 Église de Scientologie International. Tous droits de reproduction et d'adaptation réservés.

Information sur les marques de fabrique et les marques de service de la Scientologie une philosophie religieuse appliquée