Le 1er septembre 1966, la Scientologie étant devenue une religion internationale, Hubbard se retira de ses fonctions de Directeur général de l’Église et des conseils d’administration de toutes les églises afin de pouvoir se consacrer entièrement à ses recherches sur les niveaux de conscience spirituelle et d’aptitude les plus élevés. Sur le point de faire des découvertes que personne, jamais, n’aurait pu imaginer, il retourna en mer, en partie pour continuer ses recherches dans un environnement serein où il pouvait travailler sans être dérangé.

       Il naviga pendant sept ans, sillonnant à nouveau les mers et se consacrant aux problèmes toujours plus graves dont souffrait la société à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix. C’est pendant cette période qu’il mit au point une procédure particulièrement importante, le programme de réhabilitation pour drogués. Les enquêtes effectuées par les gouvernements reconnaissent aujourd’hui que c’est le programme le plus efficace qui existe à l’heure actuelle. C’est aussi à ce moment-là qu’il développa les plus hauts niveaux de Scientologie, perfectionna l’application de la technologie, et élabora de nouveaux principes administratifs. Il fit également des découvertes capitales dans le domaine de la logique. Toutes ces découvertes sont exposées plus loin dans ce livre.

       Retournant à terre en 1975, Hubbard continua de se déplacer, et se rendit tout d’abord en Floride, puis à Washington D.C. et à Los Angeles et enfin dans la commune de La Quinta située dans le sud de la Californie, près de Palm Springs où il vécut jusqu’en 1979. À la recherche de nouvelles méthodes pour rendre La Dianétique et la Scientologie plus accessibles, c’est à La Quinta qu’il écrivit les scénarios de douzaines de films d’entraînement sur ces sujets. Ces films, destinés à donner une démonstration visuelle de l’application correcte des principes techniques, furent en grande partie réalisés et dirigés par Hubbard lui-même.

       Sensibilisé au déclin de plus en plus rapide de la société, Hubbard a écrit en 1980 un code moral non religieux fondé essentiellement sur le bon sens. Ce code fut publié sous la forme d’un livret intitulé « Le Chemin du bonheur ». Hubbard exprimait ainsi le propos de ce livret : « Quand on lit les journaux et qu’on circule un peu dans la société, il devient vite évident que l’honnêteté et la vérité ne sont plus considérées avec la même révérence qu’autrefois. Les gens, et même les petits enfants dans les écoles, sont convaincus que le respect des valeurs morales appartient au passé. Aujourd’hui, l’homme détient tout un tas d’armes violentes, et n’a pas les valeurs morales adaptées à la possession de ces armes. »

       Très applaudi par les collectivités et les groupes d’action civique du monde entier, « Le Chemin du bonheur » s’est propagé sur tout le globe. Un véritable mouvement populaire s’est créé autour de ce livre. Il est activement distribué et utilisé, dans l’objectif de relever les valeurs morales de l’humanité, afin de lui faire recouvrer sa dignité et son intégrité. Trente cinq millions d’exemplaires ont été distribués à ce jour, et la demande se chiffre en millions d’exemplaires chaque année.

       En 1980, Hubbard fêta le cinquantième anniversaire de ses débuts en tant qu’écrivain professionnel et, avec l’énergie prodigieuse qui le caractérisait, il entreprit de reprendre la plume. Il écrivit coup sur coup « Terre, champ de bataille : une saga de l’an 3000 », une épopée de science-fiction, puis un ouvrage en dix volumes, « Mission Terre », une farce satirique sur les faiblesses de notre civilisation. Ces onze livres devinrent tous des best-sellers, et sur la liste du New York Times, et internationalement, un exploit inégalé dans toute l’histoire de l’édition.

       Retournant à des travaux plus sérieux, Hubbard reprit sa recherche des potentiels spirituels de l’homme au début des années 1980, et voyagea dans toute la Californie. En 1983, il s’installa finalement dans la ville de Creston près de San Luis Obispo, toujours en Californie. C’est là qu’il termina ses recherches, et qu’il mit au point les derniers détails des références techniques de Scientologie qu’il avait passé presque toute sa vie à élaborer.

       Aujourd’hui, ces références sont contenues dans une quantité impressionnante de textes et autres matériaux traitant de l’esprit et qui comprennent La Dianétique et la Scientologie. Les données contenues dans ces centaines d’heures de conférences enregistrées sur bandes, pourraient à elles seules remplir plus de cent livres.

       En fait, il est bien possible que les travaux de Ron Hubbard contiennent plus de textes et de notes de recherches que n’importe quel autre sujet philosophique, spirituel ou religieux. Toutes ces références sont à la disposition de quiconque désire améliorer sa vie. À ce jour, plus de cent millions d’exemplaires de ses livres ont été vendus.

       Après avoir entièrement terminé ses recherches et vu leur application s’étendre à six continents et plus de soixante pays répartis dans le monde entier, permettant ainsi à des millions de gens de changer leur vie, Ron Hubbard quitta cette vie le 24 janvier 1986. Cela ne fut cependant pas considéré comme la fin. Au contraire, ce fut le début d’une expansion sans précédent pour la Scientologie, et le nombre de ceux qui bénéficient de sa technologie croît de jour en jour.


© 1996-2004 Church of Scientology International. All Rights Reserved.

Information sur les marques de fabrique et les marques de service de la Scientologie une philosophie religieuse appliquée